Basilique de Notre Dame a Assomption de Zwolle (Pays Bas)

 Histoire   Antérieur   le Basilique    la Tour : Peperbus      Autels             home

  ON N’ENTRE PAS DANS UNE ÉGLISE COMME DANS UN MUSÉE

Entrer dans une église

            C’est goûter le silence

            C’est écouter l’Histoire

            C’est regarder les représentations

            C’est établir des liens avec le passé

            C’est chercher Dieu et l’homme

            C’est trouver la paix

 Vous êtes la bienvenue dans cette maison ouverte à tous

 Nous vous prions de respecter le silence dans cette maison de prière

                       Le gardiens de l’église Notre-Dame

Car tu veux habiter, pour répandre tes bienfaits, cette maison de prière que nous avons bâtie, toi, qui ne cesses de sanctifier l’Église que tu as fondée.

Cette Église est la vraie maison de prière que préfigurent nos églises d’ici-bas ; elle est le temple où demeure ta gloire, le séjour de l’immortelle vérité, le sanctuaire de l’éternel amour.

Cette Église est l’Épouse unique et bien-aimée que le Christ a conquise au prix de son sang et qu’il fait vivre pas son Esprit; c’est en elle notre mère, que nous sommes engendrés à nouveau par ta grâce, nourris de ta parole, fortifiés par le pain de vie, entourés par le soins de ta miséricorde.

                                                                                                           Préface de la dédicace 

 

 

BASILIQUE de  NOTRE-DAME DE L’ASSOMPTION   ZWOLLE

       

        Histoire sommaire.

 1393        En 1393 le seigneur Gérard van Spoelde légua sa maison dans la rue ˝Voorstraat˝ (située tout   près de ˝l’Ossenmarkt˝) et une partie de ses terres, à condition de faire construire une chapelle à la gloire de Notre-Dame.

1395  Après sa mort la municipalité vendit la propriété ainsi acquise et fit construire en    1395 la chapelle sur la ˝Hof van Zwolle˝ telle que l’Ossenmarkt actuelle fut nommé à l’époque.

1460   En 1460 la chapelle fut remplacée par l’église dans laquelle vous vous trouvez  maintenant Depuis lors elle connut une existence mouvementée.

1580  Le curé Hendricus fockingh prêcha pour la dernière fois le 15 juin 1580 (fête de St. Vitus) sur Lc. 21. 9.

Après il fut exilé de la ville.

L’Église catholique devint clandestine. En 1601 des églises clandestines assurèrent le travail pastoral et permirent l’établissement d’un prêtre.

Inoccupée l ‘église Notre-Dame fut négligée et utilisée pour tous les buts profanes possibles.

L’église servit de cirque ; on y faisait des exercices de tir, on y rentrait les chariots militaires, logeait des familles pauvres sans abri.

L’édifice servit d’atelier pour le fabriquant d’orgues Schnitger, qui construisit l’orgue de l’église Saint Michel et pour les constructeurs l’hôtel de ville à Genemuiden. (près de Zwolle)

On y stockait du bois et du foin et le piqueur Schutte fut le dernier à utiliser l’église comme école d’équitation.

Pour les grands chars à foin on avait fait un trou dans la paroi nord du transept.

En regardant de la rue ˝Drostenstraat˝ on peut encore le voir quelque peu à cause de la décoloration de la pierre. Cette triste période dura environ 200 ans. 

La fin de cette période fut marquée par la visite de l’Empereur Louis Napoléon à Zwolle en 1809 ; à cette occasion il rendit l’église aux catholiques, sauf la tour, qui selon les opinions militaires de cette époque devait appartenir aux autorités.

C’est pourquoi cette tour devint propriété de la municipalité, ce qui est encore le cas.

 

 

1809 Cette année-la on entreprit d’une façon hésitante une réparation et un aménagement. Ce qui a été conservé des églises clandestines de la ville fut transporté alors à Notre-Dame et l’église fut inaugurée de nouveau.

Aussi êtes-vous maintenant dans une église catholique, qui est utilisée entièrement comme église paroissiale consacrée à Notre-Dame de l’Assomption.

1870 L’église fut restaurée, et agrandie d’un couloir de procession. Dans les années qui suivirent, on fit embellir l’intérieur. Il y a des grandes orgues, un nouvel autel, une chair etc. (voir la visite guidée)

 1976 L’église fut restaurée de nouveau et ramenée à sa forme initiale en croix. Le couloir de procession disparut donc et les fenêtres dont on avait réduit les dimensions retrouvèrent leur longueur originale.

Il est remarquable que  pendant la restauration on commençât à douter de l’opinion ˝ retourner autant que possible au Moyen Age. Il est ainsi que beaucoup de XIXe  siècle a été gardé. Un exemple frappant en est le chœur.

 1981 On finit la restauration en plaçant les 12 croix de apôtres  (les croix de la dédicace) qui symbolisent la solidarité avec l’église des apôtres et leurs successeurs.

Ensuite le 8 novembre 1981 (pour la première fois après sa remise en service en 1809) l’église fut consacrée par le cardinal Willebrands.

LA TOUR         

1464 cette année-là il est question, pour la première fois dans les annales, de la tour. Alors l’église fut finie en grande partie déjà comme suppose la position des contreforts du nef.

1484 Six cloches ont été fondues. 

1540 La tour fut rehaussée avec la ˝laterne˝ à huit faces.

1815 Le 12 janvier 1815 la foudre tomba et la tour brûla en grande partie.

1928 Cette année-la seulement la restauration fut finie et la tour eut sa flèche en coupole actuelle, que lui a donné le nom de ˝Peperbus˝ (poivrière)

1929 Le carillon fut installé à l’occasion du premier pont de trafic routier sur l’IJssel.

Antérieur

FONTS BAPTISMAUX

Le Baptême ( ablution) est un sacrement qui efface le péché originel, nous fait naître à la vie surnaturelle et nous rend Chrétiens, enfants de Dieu et de l’Église.

L’eau du baptême est consacrée dans la sainte nuit de Pâques et versée aux fonts baptismaux.

Les fonds baptismaux sont fermés d’un couvercle pour la tenir propre. Là- dessus sont inscrits les quatre rivières du Paradis ; ˝Euphrate, Phison, Gehon, Tigris˝. L’orfèvre Bron à Utrecht en l’an 1871.

A l’entrée de l’église se trouvent les bénitiers. Le croyant se signe pour être dévoué au Christ. L’eau bénite est un signe de purification

 

 

MADONE

Originaire des environs de Kleef. Elle date de ± 1500.

Cette statue s’est probablement trouvée avant la réformation

dans l’ancienne église Saint-Michel sur la place ˝Grote Markt˝.    

AUTEL DE LA SAINTE VIERGE

F.W.Mengelberg Cologne / Utrecht en l’an 1872

Sur les panneaux :

à gauche à l’extérieur : Joseph et Anna

 à l’intérieur : L’Annonciation

à droite   à l’extérieur : Marie Madeleine

 à l’intérieur : la Nativité

En état fermé les panneaux sont peints.

 

 

 

     

CROIX DU MEURTRIER

Cette croix est créée entre 1290 et 1310 pour l’Hôtel-dieu ˝Saint Esprit˝. Elle fut utilisée entre autres pendant des exécutions et dans ce cas portée avant le condamné. (de là vient le nom !) Le créateur est inconnu.

 

AUTEL DE CICBOIRE

F.W Mengelberg Cologne/Utrecht en l’an 1872. Cet autel a été le maître-autel jusqu’au changement de la liturgie (le concile de  Vatican II)